De la conception à la construction

11 novembre 1918. L'armée française ressort victorieuse de la guerre la plus meurtrière de son histoire, la Première Guerre mondiale. Malgré la gloire qu'a procuré cette victoire, une constatation s'impose très vite : la France est affaiblie tant sur le plan matériel qu'humain. Face à elle, l'Allemagne, affaiblie certes, mais dont les combats ont épargné son sol et ses industries, revêt d'un véritable danger, et le traité de Versailles ne sera pas là pour garantir la paix, mais sera au contraire la principale cause du déclenchement de la Seconde guerre mondiale. Pour pallier au manque humain qu'a causé la Grande Guerre et à une possible attaque venant de l'est donc, la France décide d'édifier une fortification qui portera le nom du ministre de la guerre André Maginot qui, en 1930, fît voter par l'assemblée nationale le projet de loi finançant la fortification, même si ce fût le précédent ministre de la guerre, Paul Painlevé, qui lança le projet de financement. Les premiers travaux de construction de la future ligne Maginot commencent néanmoins dès 1929, et se terminent pour la plupart en 1933, tout s'étant déroulé sous le contrôle de la Commission d'Organisation de Régions Fortifiées (CORF), à savoir les Régions fortifiées de Metz, de Lauter et des Alpes, ces régions étant elles-mêmes divisées en plusieurs Secteurs Fortifiés. Puis, et ce jusqu'en 1940, se déroulent des "fignolages", caractérisés notamment par la création de nombreux petits blockhaus appelés MOM ( pour Main d'Oeuvre Militaire) destinés à assurer une certaine profondeur à la ligne Maginot, qui à certains endroits, n'est constituée que de la LPR.

 


© maginotmoselle 2005-2006